Togo

Showing page of 7 results, sorted by

Migrations hors et vers le Niger : Une analyse selon le genre

Authors Hamidou Issaka MAGA
Description
L’étude des migrations selon le genre s’impose en ce sens qu’elle permet de mettre en évidence certaines inégalités et iniquités entre hommes et femmes, ainsi que les progrès accomplis ou non vers leur réduction. Ainsi, la présente étude portant sur les migrations internationales hors et vers le Niger a permis de faire ressortir certains faits intéressants montrant notamment que, concernant l’immigration, les femmes sont également concernées et peuvent poursuivre leurs propres objectifs dans le domaine de la mobilité internationale. Concernant la population nigérienne résidente dans les pays de l’OCDE, la proportion des femmes se rapproche de celle des hommes en France (49%), principale destination de la zone, pour 66% des émigrants nigériens ; une forte présence féminine (43%) est également observée pour l’ensemble des pays membres. Cependant, au niveau du marché de travail de cet espace développé, les femmes ne représentent que 35% de l’effectif des actifs employés. Par rapport à la situation dans l’emploi, les émigrées nigériennes montrent une situation très défavorisée : le taux d’activité selon le sexe diffère largement en passant de 74% parmi les hommes à 59% chez les femmes ; le taux de chômage est même plus défavorisant en atteignant 25% pour les femmes (vs 15% chez les hommes). Enfin, elles occupent principalement des emplois peu qualifiés : 58% travaillent dans les secteurs de la santé, du travail social, de l’éducation et d’autres services. S’agissant de la population étrangère résidente au Niger, les résultats suivants méritent d’être soulignés : l’effectif des femmes est très proche de celui des hommes. De même, certaines provenances géographiques principales sont dominées par les femmes (Togo, Ghana et Bénin) lesquelles sont devenues progressivement plus nombreuses en ville que les hommes. Par ailleurs, elles s’intéressent de plus en plus au marché de travail même si la majorité d’entre elles sont encore sans emploi. Quant à leur profil socioéconomique, elles ont un faible niveau d'éducation et sont employées principalement dans des occupations peu qualifiées. / A gender approach in migration studies shows the inequalities between the sexes and the evolution of these inequalities. This study focuses on the gender dimension in international migration in and from Niger and aspects of Nigerien migration pertaining to this. As far as emigration patterns are concerned, women seem to have, today, the same propensity to emigrate and independent emigration has been rising among them. In OECD countries, Niger women represent 43% of all emigrants, 49% in France, the OECD country which hosts the majority of Nigerian emigrants (66%). However, their socio-economic profile shows that women represent only 35% of the total active Nigerien population. In the labour market, meanwhile, Nigerien women are in a very disadvantaged position with respect to their male counterparts : the activity rate equals 74% for men and drops to 59% among women ; the rate of unemployment is 25% for women and 15% for men. Finally, Nigerien women residing in OECD countries are mainly employed in low-skilled occupations : 58%, indeed, are concentrated in the health, social work, education and other service sectors. As to foreign nationals residing in Niger, there is gender parity, and some foreign communities (e.g. Togo, Ghana and Benin) are made up predominantly of women. Women have gradually acquired increasing importance in urban centers, where their participation in the labor market is rapidly increasing. As to their profile, female foreign nationals in Niger tend to be poorly-educated and are employed in low-skilled occupations.
Year 2011
Taxonomy View Taxonomy Associations
5 Report
SHOW FILTERS
Ask us